Véronique Faure       Psychanalyste Psychothérapeute 
26 rue de l'Armor  Lézardrieux 22740
06 88 36 50 39     faure.psy@free.fr

  

  Accueil

 

Historique

C'est au XIXème, en Europe, que la distinction entre les souffrances du corps (maladies) et celles de l'esprit (folie) commence à évoluer : progressivement la notion  de maladie mentale vient remplacer celle d'aliénation -incurable. Les psychiatres remplacent les médecins aliénistes : la transition est mouvementée.

Ainsi, quand le jeune neurologue viennois Sigmund Freud fait un stage à l'hôpital parisien de la Salpétrière en 1885, il arrive au milieu d'une dispute théorique sur l'hypnose entre le professeur Charcot, son patron, et ses confrères psychiatres de Nancy qui soutiennent la théorie de la suggestion induite par le médecin.

Dépassant ces débats, Freud détecte l'action d'un inconscient. Soutenu et inspiré par son maître, le professeur Breuer, avec lequel il travaille sur l'hystérie, il pose l'idée suivante : les conflits refoulés par la conscience seraient convertis corporellement.

Enfin, en abandonnant la méthode hypnotique et en laissant parler le patient1 qu'il invite à associer librement à partir de ses pensées, Freud met au point la psychanalyse. S'appuyant sur le transfert et l'interprétation des défenses et des fantasmes il s'oriente vers une étiologie sexuelle des névroses.

Avec le concept (scientifique pour Freud) de psycho-analyse est donc né le pari d'une possible analyse de l'âme à visée thérapeutique : une psychothérapie (du grec psyche qui signifie âme).

La Société Psychanalytique de Vienne est créée en 1908.

Au cours des premières années du XXème siècle, la toute jeune psychanalyse essaime mondialement, entre tensions internes (rupture entre Freud et Jung notamment) et perturbations liées à la guerre de 1914. A la suite de Freud (1856-1939), les écoles britannique et américaine se développent dans le monde entier. En France, dans les années 1950, l'influence de Jacques Lacan (1901-1981)  est cruciale pour le renouveau de la psychanalyse.

Depuis, pour répondre à une demande de diversité et de prise en charge spécifique du sujet en souffrance, les écoles et les méthodes de psychothérapie ne cessent de foisonner, donnant naissance à de nombreuses familles2 que l'on peut classer en famille des psychothérapies analytiques et famille des psychothérapies non analytiques.

_________________________

1. Ce que l'on nomme en anglais Talking Cure : cure par la parole.

3. Pour plus de détails, voir entre autres, les travaux d'Elisabeth Roudinesco sur l'histoire de la psychanalyse, et un livret synthétique : Vanessa Saab, Un psy, pour quoi faire? Guide des thérapies, de la psychanalyse à la sophrologie, Librio Santé, n° 676, 2005.